Les podcasts Maths en tête

Professeur de mathématiques au lycée Edouard Branly à Dreux (28), Alexandre Morgan s’est récemment lancé dans la réalisation de podcasts pour compléter son projet de vulgarisation mathématique Maths en tête, projet que nous vous avions présenté dans un précédent article de blog.

Alexandre propose d’explorer des thématiques passionnantes en moins de 5 minutes par épisode : “Al-Kashi, plus fort que Pythagore”, “Koh-Lanta : les probabilités maudites”, “Dessine-moi une fractale”… Vous trouverez forcément un sujet qui vous intéresse !

Les podcasts Maths en tête, à écouter sans modération sur la route des vacances.

Maths en tête

Un grand merci à Alexandre Morgan de s’être prêté une nouvelle fois au jeu de l’interview.

Pourquoi avez-vous choisi de réaliser des podcasts ?

Au début du projet Maths en tête, je réalisais des vidéos que je publiais sur ma chaîne YouTube. C’est après avoir tourné un épisode de Vlog dans lequel je racontais une histoire face caméra que j’ai réalisé qu’il y avait peut-être quelque chose à faire sur le format audio, format podcast. J’ai fait quelques recherches et je me suis rapidement rendu compte qu’il y avait une niche vide en vulgarisation mathématique grand public en format podcast. Cette niche vide me tendait les bras.

Je me suis finalement lancé en novembre 2021. Un épisode podcast Maths en tête, c’est un épisode qui dure environ 5/6 minutes. Je propose un nouvel épisode toutes les deux semaines (le mercredi à 11h). Ils sont disponibles sur toutes les plateformes de podcast.

Qu’est-ce qui vous plaît dans ce format ?

J’apprécie tout particulièrement ce format car il est nomade, contrairement à la vidéo par exemple. Lorsque vous écoutez un podcast, vous pouvez tout à fait faire autre chose en même temps. Vous n’avez pas besoin de vous focaliser uniquement sur le podcast et il peut vous accompagner dans vos activités et vos déplacements. C’est pour cette raison que je pense que ce format peut toucher n’importe quel public, y compris un public qui n’est à priori pas spécialement intéressé par les mathématiques.

C’est un mode de consommation vraiment différent de celui de la vidéo. Lorsque vous regardez une vidéo sur YouTube, vous savez à quoi vous attendre, vous êtes déjà un peu initié. Pour un podcast, c’est totalement différent, vous pouvez facilement l’aborder en tant que novice. Et puis, 5 minutes d’audio, cela paraît totalement inoffensif, 5 minutes de maths sur un malentendu, cela peut tout à fait passer.

Quel est l’objectif de vos podcasts ?

Les podcasts représentent une extension de ce que je fais en classe et de ce que je propose sur mon site internet ou sur ma chaîne YouTube. L’idée c’est de transmettre comme toujours. Et avec le podcast, le but c’est de transmettre au plus grand nombre.

Les podcasts s’adressent aux personnes qui n’ont pas forcément les mathématiques dans leur environnement proche, aux personnes qui n’ont pas nécessairement une connotation positive de cette matière, aux collégiens curieux, aux terminales qui font des recherches sur les sujets du Grand Oral, à l’enseignant qui veut présenter un sujet en classe ou à une personne curieuse qui veut découvrir quelque chose de léger et mathématique pendant 5 minutes. Bref, cela s’adresse à Monsieur et Madame tout le monde !

De mon côté, c’est un très beau challenge et un très bel objectif car cette transmission au plus grand nombre est quelque chose qui m’intéresse énormément et s’inscrit pleinement dans mon adhésion au Café des Sciences.

Comment choisissez-vous les sujets que vous abordez dans les podcasts ?

La vulgarisation d’une matière et en particulier des mathématiques est un exercice très intéressant mais extrêmement périlleux. Il faut arriver à faire quelques raccourcis tout en gardant la quintessence du contenu scientifique et en s’assurant que rien n’altère la valeur du propos.

J’ai commencé par faire de la vulgarisation mathématique en vidéo et j’avais déjà noté que ce n’était pas évident. Mais avec le format audio, c’est encore plus compliqué. Comme il n’y a pas de visuel, cela me demande beaucoup de travail pour trouver des sujets adaptés. Il ne faut pas qu’il y ait de formules ou bien des choses trop complexes.

Pour choisir les sujets, je navigue entre différentes thématiques : histoire des sciences, anecdotes mathématiques, billets d’humeur (comme le podcast “non vous n’êtes pas nul(le) en maths!”), exemples de mathématiques dans la vie quotidienne… Ce sont des idées que je glane petit à petit. Je me suis constitué une petite liste de sujets et je vois s’ils sont adaptables au format audio. Je garde toujours en tête que je dois réussir à faire un sujet intéressant, percutant, pas trop ambitieux en termes de technicité mais qui est une ouverture sur quelque chose de plus. Je propose de nombreuses sources en description pour les personnes qui souhaitent en savoir plus et aller plus loin sur un sujet.

C’est également très important de traiter les sujets avec humour, légèreté, de sortir de la tour d’ivoire des mathématiques et de montrer que finalement les mathématiques sont partout autour de nous au même titre que beaucoup d’autres choses.

Par ailleurs, je tague mes podcasts de la même manière que mes vidéos. Je précise à quel(s) niveau(x) ils correspondent. Certains podcasts se prêtent bien au Grand Oral du Bac, d’autres sont abordables dès l’école primaire, d’autres sont du niveau collège. Mais même un adulte qui ne travaille pas les mathématiques au quotidien est tout à fait capable de comprendre le podcast. En tout cas, c’est l’objectif. Si ce n’est pas le cas, c’est que c’est un peu raté.

Quels sont les retours sur vos podcasts ?

J’ai de nombreux retours et commentaires sur les réseaux sociaux concernant mes podcasts. Et, j’ai de la chance car ils sont très positifs et bienveillants.

En termes de chiffres, cela fonctionne également plutôt bien. Et contrairement aux vidéos, les chiffres sont assez révélateurs. Les écoutes correspondent à des écoutes complètes. J’enregistre environ 5000 écoutes par mois. C’est très encourageant pour un petit et jeune podcast indépendant !

Je suis donc plutôt satisfait. Je suis passé au rythme d’un podcast toutes les deux semaines et l’idée c’est aussi de continuer à proposer des épisodes pendant les grandes vacances.

Avez-vous d’autres projets autour des podcasts ?

J’ai plusieurs collaborations qui sont prévues pour cet été. Par exemple, au mois de juillet, je vais faire une collaboration avec le podcast d’histoire qui a le vent en poupe “T’as qui en histoire ?” de Stéphane Genet. Dans cet épisode, nous allons parler de femmes et de sciences en particulier des femmes dans la NASA. Au mois d’août, je prévois une autre collaboration, cette fois avec le podcast “Culture G” de Gabriel Macé. Le thème sera autour de la machine à calculer au sens large, avec des anecdotes sur des machines un peu oubliées, l’histoire de la Pascaline.

En plus des podcasts Maths en tête, je participe depuis le mois d’avril et jusqu’à la Toussaint à un podcast qui s’appelle “Science Infuse”. J’écris et je réalise une quinzaine d’épisodes mathématiques inédits.

Pour finir, avez-vous une anecdote à nous raconter sur vos podcasts ?

J’ai des retours positifs et assez inattendus parfois. A ma grande surprise, j’ai de nombreux professeurs des écoles qui m’ont écrit pour me raconter qu’ils faisaient écouter mes podcasts à des élèves de primaire. J’ai aussi une famille qui m’a écrit pour me dire qu’elle avait enchaîné les épisodes lors d’un long trajet en voiture. Comme quoi, c’est définitif les maths sont vraiment partout même sur la route des vacances !